L’exposition de Gereon Heil „ARAWAK et HOCH-HUT“

A partir de représentations protohistoriques telles que les sculptures sur bois de la chapelle bretonne de Trémalo ou les gravures sur pierre des "Roches Gravées" de la Guadeloupe, datant de la période indienne, Gereon Heil a tenté d’atteindre les profondeurs de la nature humaine en éraflant la surface pour découvrir et mettre en lumière les structures archaïques présentes de manière latente dans le moi obscur des êtres humains.

Les anciens signes, rappelant des dessins d’enfants, tels que ceux que les Indiens Arawak gravaient sur les falaises en Guadeloupe représentent, pour Gereon Heil, des espaces de communication entre le haut et le bas, l’extérieur et l’intérieur. Dans "ARAWAK", l’origine de ses peintures n’est pas l’espace visible mais l’espace supposé à l’intérieur des choses ("ARAWAK I – V"), de même que le regard imaginé qui, à travers les gravures et les ouvertures, se reporte sur le monde du peintre ou de l’observateur ("ARAWAK VI et VII"). Ce monde objectal semble ainsi perdre sa matérialité et sa pesanteur.

Dans le tableau "ATLAS" et la série "KOPFLASTIG", Gereon Heil a transposé son travail sculptural sur la "FRISE DE TRÈMALO" en une peinture conçue sur la base de photographies, en imprimant sur de la mousseline des photos entières ou parties de photos représentant des visages. Les résultats de cette impression, intentionnellement imparfaits, constituent ensuite le matériel de base pour la réalisation d’une peinture acrylique.

Les photographies qu’il a colorées selon une représentation personnelle et subjective, modifient souvent le motif de départ jusqu’au grotesque. Dans la série "KOPFLASTIG", une allusion humoristique aux coiffes bretonnes, les attributs de la "Hoch-Mut" (orgueil) sortent directement de la tête ets’élèvent sous la forme de "Hoch-Hut" (chapeau haut). La représentation surdimensionnée des organes humains, tels que la bouche ou les oreilles, clarifie leur fonction de liaison avec le monde extérieur.

Communiqué de presse, Vertretung des Landes NRW bei der Europäischen Union, Brüssel / B, 1999